RSS

PLANTES MEDICINALES

07 Août

L’usage des plantes médicinales Il y a cinq points essentiels à connaître pour être en mesure d’utiliser une plante médicinale :

1. L’identification de la plante (basée sur l’observation des fleurs, feuilles, fruits, etc. mais aussi sur l’odeur, le goût…)

2. Le mode de préparation (partie de la plante à utiliser, type de préparation, dosage de la préparation)

3. La posologie c’est-à-dire la quantité de préparation à absorber par jour

4. La durée du traitement

5. Les restrictions, contre-indications et précautions à observe

Les types de préparation Attention : l’eau utilisée sera toujours traitée au préalable ; les plantes fraîches seront toujours lavées soigneusement avec de l’eau traitée. Sauf mention spéciale, on n’ajoute ni sel ni sucre aux préparations suivantes. Infusion : couper la plante en petits morceaux et la mettre dans un bol ou dans un pot ; verser de l’eau bouillante sur la plante ; laisser 15 minutes puis filtrer le liquide à travers une passoire. Conservation : une journée maximum. Décoction : couper la plante en petits morceaux et la mettre dans une casserole ; ajouter de l’eau froide et chauffer jusqu’à ébullition ; faire bouillir 15 minutes puis filtrer le liquide à travers une passoire. Conservation : une journée maximum. Macération : couper la plante en petits morceaux et la mettre dans un bol ou dans un pot ; ajouter de l’eau froide, fermer par un couvercle et laisser reposer une nuit. Filtrer ensuite le liquide à travers une passoire. Conservation : une journée maximum.

L’auxiliaire de santé devrait systématiquement mettre en garde ses patients contre les plantes qui suivent. Ne jamais utiliser : “ Semen contra ” (Chenopodium ambrosoïde) car elle provoque souvent des convulsions chez les enfants. Pour soigner les vers intestinaux voir “ Papayer ”. Ne jamais utiliser : “ Assorossi ” (Momordica charantia), surtout chez la femme enceinte, car elle peut provoquer des malformations chez l’enfant à naître. Ne jamais utiliser : “ Ti-Soleil ” (Lantana camara) car elle est dangereuse pour le foie Ne jamais utiliser : La pulpe de calebasse (Cresente cujete) : risque de cancer Ne jamais utiliser : Les graines de “ Léglisse ” (Abrus precatorius) ou de “ Palma Christi ” (Ricinus communis) qui peuvent être mortelles, surtout pour les enfants. Ne jamais utiliser : Toutes parties du Laurier rose (Nerium oleander) et du “Concombre zombi ” (Datura metel)

ABSINTHE :

Apéritif, digestif et stimulant hépatique Adultes seulement ! : Boire une tasse de l’infusion des feuilles ou des fleurs (deux ou trois pincées, au maximum le creux de la main dans un litre d’eau bouillante). Cette infusion est très amère. II est également possible de fabriquer une teinture : dans un litre de vin blanc ajouter une poignée (40 g) de fleurs d’absinthe et un petit verre d’alcool fort (rhum par exemple), laisser macérer pendant 5 jours puis filtrer avant utilisation. En cas de problèmes hépatiques ou digestifs, il est possible de diminuer le degré alcoolique de cette préparation en additionnant 2 ou 3 cuillerées à soupe d’eau bouillante à 5 ml de teinture. Pour atténuer l’amertume de ce remède, on peut aussi consommer la poudre de la plante séchée mélangée à du miel. : une demi-cuillère à café de poudre de feuilles d’absinthe mélangée à une cuillère à soupe de miel. Faire passer avec un petit verre d’eau chaude. • Mal des transports, nausées : Boire deux tasses par jour de l’infusion d’absinthe décrite plus haut. Attention : ne pas utiliser ce remède pour les nausées des femmes enceintes ! Précautions : Ne jamais prolonger l’usage de I’absinthe. Ne jamais donner aux enfants, ni aux femmes enceintes ou qui allaitent. Ne pas employer I’huile essentielle qui est toxique.

L’AIL :

Prévention des maladies dégénératives : La consommation d’ail, cru ou cuit, est hautement recommandée : incorporé aux aliments, l’ail fait baisser le taux de cholestérol et la tension artérielle. Il fluidifie le sang. • Antiseptique pour usage externe : Le jus d’ail est antiseptique et peut être appliqué sur les verrues, les cors, les panaris ou même les mycoses. Ne pas appliquer sur des blessures ouvertes ou sur des muqueuses : risque de brûlure. Précautions :Ne pas consommer d’ail en cas d’hypotension (tension trop basse) ou de saignements (règles trop fortes, chirurgie, etc.). Utiliser modérément en cas de gastrite ou de autres douleurs d’estomac (éviter dans ces cas de consommer de l’ail cru). Les femmes qui allaitent ne doivent pas consommer trop d’ail, surtout cru. Ne pas appliquer de jus d’ail sur des blessures ouvertes ou sur des muqueuses : risque de brûlure.

GUERIT _MAUX :

Noms scientifiques : Alpinia zerumbet, Alpinia speciosa, Catimbium speciosum Autres noms : A toux maux,

Guérit-tout Emplois recommandés : • Anti ulcéreux gastrique : Boire, après les repas, une tasse de la décoction d’une petite poignée de racines coupées en petits morceaux dans un litre d’eau (30 g/l.) • Etats grippaux : Boire une tasse de l’infusion d’une poignée de fleurs ou de feuilles dans un litre d’eau bouillante, trois fois par jour. Pour plus d’efficacité, ajouter à la préparation d’autres espèces anti-grippales (basilic, sureau, citron, gingembre, menthe) Précautions : cette plante ne présente aucune toxicité

BANANIER:

Gastrites : Boire matin et soir un bol de lait chaud contenant une banane verte râpée. • Diarrhée : la consommation de bananes est conseillée en cas de diarrhée car elle compense la perte de sels minéraux. Elle complète utilement d’autres traitements (voire “ manguier ” et “ malnommée ”). • Apport nutritionnel : La consommation de bananes est fortement recommandée pour sa richesse en sels minéraux et en calories. Elle convient spécialement aux personnes souffrant de troubles intestinaux, de maladies des reins ou du cœur, ainsi qu’en cas d’arthrite. • Cicatrisant : on peut appliquer la sève du bananier sur les plaies bien lavées (avec de l’eau traitée et du savon). Attention à récolter cette sève le plus proprement possible. Précautions : cette plante ne présente aucune toxicité

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :